Bienvenue sur la commune de Lugon et l'Ile du Carney

Lugon tiendrait son nom de Lug, dieu celtique. Ou de Lucus, signifiant bois et forêts, dont le "c" se serait transformé en "g" au fil du temps.

L'origine du nom Ile du Carney est floue, bien que topographiquement incontestable, l'île étant autrefois séparée des terres par un bras mort de la Dordogne; en revanche, le nom de Carney issu de l'occitan "carne" laisse de profonds doutes historiques..

Les deux paroisses sont rattachées en 1806.

 

Selon certains, les premières traces d'occupation du site ne sont pas antérieures à l'époque Gallo-romaine. En effet, la commune est constituée de palus, terres basses et marécageuses qui ne sont pas vraiment hospitalières.. 

Pour d'autres, le territoire de la commune semble continuellement habité depuis la préhistoire, la configuration du terrain, les coteaux importants, les palus bordant le fleuve et le fleuve lui-même rendant la contrée sécure.

 

Autrefois, les habitants se déplacaient souvent par voie d'eau, gage de sécurité. Péniches, gabarres, et autres bateaux à fond plat étaient utilisés dans les palus où chaque maison avait sa cale et lors des inondations.

 La largeur de la Dordogne atteint les 800m devant la Grande Chapelle.

Jusqu'avant la Révolution de 1789, les bateaux faisaient quarentaine au port de Lugon, avant d'arriver sur Libourne. Les navires étrangers s'arrêtaient au moment des primeurs pour charger les vins blancs du fronsadais. 

 

Le village se structure autour du XIè siècle grâce à un prieuré créé par l'abbaye de Guîtres. Les terres hautes ont longtemps servi de terrain de chasse et de culture pour les villages voisins..

 

Aujourd'hui, la principale activité est la viticulture. Un regroupement de vignerons du Fronsadais a permis la création d'une cave coopérative appelée Union de Producteurs de Lugon et aujourd'hui complétée par Les Vignerons du Fronsadais.

 

L'église Saint-Genès de Lugon a été construite au XI, XII, XVè siècles et 1836. Au départ dépendance de l'abbaye de Guîtres.

 

Plus d'information en cliquant sur le lien

 

 

 

Vous pouvez observer sur le mur nord de la nef une échauguette en calcaire du XIV ou XVè siècle qui aurait sans doute servi dans le cadre de la guerre de Cent Ans ou des guerres de Religion.

 

 

Au-dessus de la porte ouvrant sur la nef se trouve un tympan sculpté de 1120 en calcaire également, dont certains détails rappellent celui de l'église de La Lande de Fronsac.

 

 

 

 

 

Le Port du Petit Chartron, aujourd'hui isolé, était autrefois un vrai port de transit, non seulement de marchandises mais aussi de voyageurs. 

 

Le Château de Pardaillan construit en pierre au XIV, XVè siècles et en 1865, tient son nom du mariage de Geoffroy Daulede et de son épouse Marguerite de Pardaillan-Gassie en 1568. L'édifice subit quelques modifications au XIXè siècle : la cour et les communs sont supprimés, la tour d'escalier démolie, les ouvertures pour la plupart transformées. Puis un corps est ajouté et de nouveaux aménagements intérieurs sont réalisés.



Nos partenaires